J’ai raison

Notre désir le plus profond n’est pas d’être libre, d’être heureux mais bel et bien d’avoir raison…

J’étais à Marrakech, chez ma soeur Martine en train de faire notre gym sur le tapis de la chambre à coucher lorsque nous avons entendu quelqu’un dire cela sur Youtube.

 Martine me demanda d’arrêter la vidéo, elle voulait noter cette phrase tellement elle était criante de vérité pour elle.

Ma première impression me dérangeait dans cette phrase, elle sonnait comme un jugement comme si elle voulait dire que si je lui donnais raison,  je condamnais une certaine catégorie de personne qui de mon point de vue se leurrait, se trompait de chemin… Mais du coup, que probablement de leur point de vue aussi je me trompais.

La même personne explique plus loin dans la vidéo, que notre système de fonctionnement habituel, conditionnées par nos habitudes, nos croyances, notre éducation, nos  traumas, nous entraîne dans des schémas répétitifs, nous amenant à vivre les mêmes expériences…Comme pris dans une spirale, dans la roue du hamster…

De ma fenêtre, ce que Je crois, est que la vie est un processus continuel de création et non de découverte. Comme la vie conspire à vouloir nous donner raison, elle fait en sorte que ce qui nous arrive est la résultante consciente mais aussi inconsciente de nos pensées, de nos paroles et de nos actes.  

Je me rappelle de cette aventure troublante qui est arrivée à une personne proche de mon entourage. Cette personne, habitant en Corse et moi-même, de chez moi, avions posté le même jour un courrier contenant des papiers importants pour le même destinataire. Nous avions pris le soin de faire un envoi en chronopost pour être sûre que les courriers arriveraient à destination. Mon courrier arriva avec une journée de retard, le sien n’arriva jamais… Ce qui est incroyable dans cette histoire, c’est que l’employé du service chonopost l’appela en lui disant que l’adresse inscrite n’existait pas alors que c’était la même que la mienne ! Cela n’avait pas de sens, deux actions identiques, deux résultats foncièrement différents. La personne m’appela très contrarié et pesta tout d’abord contre moi pensant que je lui avais donné une mauvaise adresse, puis le malentendu étant dissipé elle ne comprenait pas pourquoi le mauvais sort s’acharnait régulièrement sur lui.  Je compris que la vie venait de me faire la démonstration que si nous pensons que nous n’avons pas de chance, la vie conspire pour nous donner raison… La vie venait une nouvelle fois de lui donner raison ! 

Qu’est ce que je connais de l’autre en fait ?. Je ne le vois que d’un certain angle de vue et non dans sa globalité. J’aime bien cette métaphore représentant deux bulles de savon qui se touchent. La parois commune est ce qui nous lie à l’autre mais aussi c’est ce que nous percevons seulement de lui. Ce que je vois de l’autre est chez moi et si je suis d’accord pour le voir, j’accepte cette paroi comme étant un miroir. C’est à ce moment où je vais le comprendre le plus sincèrement… C’est à ce moment où j’ai de la compassion pour lui. Mais si ce que je vois n’a pas de raison d’être pour moi, c’est comme aller vers l’inconnu et cela devient un non sens puisqu’on ne va que vers ce qu’on connaît… Comment je peux avoir de la compassion pour ce que je ne peux pas comprendre ?… Et comment puis-je pardonner à un autre ce que je n’ai jamais ressenti moi-même ?. 

Ces derniers temps, je me suis intéressée à la science quantique. J’ai appris, entre autre que nous sommes fait à 99,999 % de vide.  Nous sommes donc énergie et en tant que telle, chacun d’entre nous émet une fréquence énergétique qui, selon son intensité,  se connecte à d’autres fréquences énergétiques équivalentes. Cela veut dire que nous attirons à nous ce que nous vibrons… Alors comment sortir de cette spirale infernale si ce que nous attirons ne nous convient pas ?.

Ma fille Vanessa fait actuellement des études d’ostéopathie humain. elle venait d’apprendre lors d’un cours en neurosciences que la recherche a prouvée scientifiquement que lorsque nous exprimons nos émotions, que nous faisons des câlins, que nous exprimons des pensées positives, notre cerveau sécrète une hormone appelée ocytocine. Cette drôle de molécule est aussi appelée hormone de l’amour. Elle a pour effet de dissiper notre état de tristesse, elle joue un rôle majeure dans la biologie du bonheur.

Quel que soit le chemin que j’explore, spiritualité, neurosciences, physique quantique, il m’amène à la même conclusion…Que nous sommes créateur de notre vie.

Aujourd’hui est le premier jour du reste de ma vie alors quelle personne aujourd’hui j’ai envie d’être ?.

Très belle journée à vous…

Mes sources inspirantes Conversation avec Dieu      Franck Lopvet        Michael Gallash

A propos Nathalie Guillaume

Je suis équithérapeute, praticienne Narrative avec la complicité du cheval et comportementaliste équin.

3 réponses

  1. chabo

    Des mots et de très beaux mots qui me parlent beaucoup.
    Nous sommes ce que nous voulons être et l’Univers sait très bien nous le rappeler.
    Merci Nathalie de partager autant.
    Bises.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.