Rêve versus Eveil

Extrait choisi et simplifié du livre « Un cours en miracles ». C’est véritable un outil d’enseignements spirituels fascinant. Ce livre m’accompagne depuis plus de 4 années. J’applique la voie qu’il propose dans ma vie quotidienne. En espérant qu’il vous fasse autant de bien qu’à moi.

Article 13

Il est impossible de ne pas croire ce que nous voyons, mais il est également impossible de voir ce que nous ne voyons pas. Les perceptions sont construites sur les bases de l’expérience, et l’expérience mène aux croyances.

C’est seulement une fois que les croyances sont fixées, que les perceptions se stabilisent. En fait, donc, ce que nous voyons, nous le croyons. C’est ce que veut dire « Heureux ceux qui n’ont pas vu et qui ont cru », car ceux qui croient en l’Eveil, la verront. L’Eveil est le triomphe complet de la Filialité sur l’égo, non par l’attaque mais par la transcendance.

Il y a eu beaucoup de confusion quant à ce que signifie la perception, parce que le mot est utilisé à la fois pour la prise de conscience et pour son interprétation. Or nous ne pouvons pas être conscients sans interpréter, car ce que nous percevons est notre interprétation. Ce cours est parfaitement clair. Si nous ne le voyons pas clairement, c’est parce que notre interprétation va à son encontre ; par conséquent, nous ne le croyons pas. Et puisque la croyance détermine la perception, nous ne percevons pas ce qu’il signifie et par conséquent, nous ne l’acceptons pas. Or différentes expériences conduisent à différentes croyances, et avec elles à différentes perceptions. Car les perceptions sont apprises avec les croyances, et le fait est que l’expérience enseigne. L’Esprit nous conduit vers un nouveau type d’expérience que nous serons de moins en moins désireux de nier. Apprendre avec Lui est facile, car percevoir avec l’Esprit n’implique aucun effort. Ses perceptions sont ce dont nous sommes naturellement conscients, et ce sont seulement les distorsions que nous introduisons qui nous fatiguent. Laissons L’Esprit en nous, interpréter pour nous, et n’essayons pas de limiter ce que nous voyons par de petites croyances étroites qui sont indignes de La Filialité. Chacun vit en nous, comme nous vivons en chacun. Pouvons-nous donc, percevoir l’indignité en un frère sans la percevoir en nous-mêmes ? Et pouvons-nous la percevoir en nous-mêmes sans la percevoir en le Créateur ? L’esprit ne requiert pas l’obéissance, car l’obéissance implique la soumission. Il voudrait seulement que nous apprenions ce qu’est notre volonté et que nous la suivions, non pas dans un esprit de sacrifice et de souffrance mais dans la joie de la liberté. La liberté de laisser derrière nous tout ce qui nous blesse, nous humilie et nous effraie ne peut pas nous être imposée, mais elle peut nous être offerte. Nous qui commençons à nous éveiller, nous sommes encore conscients des rêves et nous ne les avons pas encore oubliés. L’oubli des rêves et la conscience de La Filialité, viennent avec le réveil à notre propre appel, car l’Appel à l’éveil est au-dedans de nous. Percevoir à nouveau, c’est simplement percevoir de nouveau, ce qui implique qu’avant, ou dans l’entre-temps, nous ne percevions pas du tout. Quel est donc le monde qui attend notre perception quand nous le verrons ?

Les pensées aimantes que nous percevons dans ce monde, est la seule réalité du monde. Ce sont encore des perceptions, parce que nous croyons encore que nous sommes séparés. Or, elles sont éternelles parce qu’elles sont aimantes. Et étant aimantes, elles sont comme le Créateur et par conséquent ne peuvent pas mourir. Du fait, le monde réel peut être perçu. Tout ce qui est nécessaire, c’est le désir de ne percevoir rien d’autre. Car si nous percevons à la fois le bien et le mal, nous acceptons à la fois le faux et le vrai sans faire entre eux de distinction.

Il se peut que l’égo voit du bien, mais jamais rien que du bien. Voilà pourquoi, ses perceptions sont si variables. Il ne rejette pas la bonté entièrement, car cela nous ne pourrions pas l’accepter. Mais il ajoute toujours quelque chose qui n’est pas réel au réel, confondant ainsi l’illusion à la réalité. Car les perceptions ne peuvent pas être partiellement vraies. Si nous croyons en la vérité et en l’illusion, nous ne pouvons dire laquelle est vraie.  

A suivre…

A propos Nathalie Guillaume

Faciliter l'émergence de l'Homme Nouveau qui est en chacun de nous grâce au cheval.

1 réponse

  1. GUILLAUME Martine

    Trop bien, c’est super avec ton introduction On comprend mieux ta démarche Je t’embrasse fort et encore bravo 👏👏👏

    Martine WhatsApp +33 6 62 06 70 74

    >

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.